Accueil Outillage Comment alléger une terre trop lourde ?

Comment alléger une terre trop lourde ?

Beaucoup de jardiniers considèrent qu’un sol argileux ne convient pas au jardinage.

Pourtant, les terres lourdes sont aussi souvent riches.

A lire en complément : Comment bêcher sans effort ?

Et, tant que vous savez comment l’améliorer, une telle terre vous fournira des récoltes abondantes.

J’ai commencé à jardiner dans un sol argileux.

A lire en complément : Comment connaître la nature de son sol ?

Donc, certainement, le travail à la Grelinette était un peu plus compliqué que dans un pays plus léger.

Mais mes récoltes étaient très belles !

Qu’est-ce que la terre d’argile ?

Ici, nous parlons de la texture du sol, à savoir la taille des particules.

Le sol contient différents types de particules, que nous classons par taille :

  • les plus beaux sont les argiles
  • puis viennent les filons
  • puis sable
  • cailloux peuvent aussi bien sûr être présents

Chaque sol contiendra une proportion variable de ces éléments.

Pour le dire simple (en réalité, il y a une classification plus précise basée sur les proportions), si ce sont les argiles qui prédominent, alors nous parlerons de l’argile sol.

C’est le genre de terre dont nous allons parler aujourd’hui.

Notez en passant que le sol argileux peut être acide, neutre ou calcaire (marnes par exemple)… mais c’est un autre sujet.

Quelles sont les principales caractéristiques de la terre d’argile ?

Je voudrais déjà vous avertir : ce n’est pas parce que les gens (même les paysans) autour de vous disent que votre terre est argile ne signifie pas qu’elle l’est !

Je l’ai vu à plusieurs reprises… chez moi par exemple : parce qu’ils durcissent à la surface en été (ce qui est en fait dû au limon et à la sécheresse), la plupart de mes voisins disent que nos terres sont lourdes… alors qu’elles sont sablonneuses limoneuses (si légères) !

Des tests de sol en laboratoire l’ont confirmé.

Boudin qui peut être mis dans un cercle = terre d’argile Mais personnellement, je n’avais pas besoin d’analyse pour cela… et vous non plus : Je vous présente dans Mon potager en naturel, des tests simples (surtout celui qui dit manipulations successives), pour déterminer, avec une précision suffisante, la vraie texture du sol de votre jardin.

Une terre argileuse est… lourde, collante et très difficile à travailler lorsqu’elle est mouillée (voir ci-dessous).

Elle se réchauffera lentement, mais retient l’eau et les nutriments (ce qui implique souvent une certaine richesse… bonnes nouvelles).

Mais ça peut devenir très dur en été.

Comment aborder un sol argileux ?

Une terre argileux est donc lourde , souvent compactes , ou même asphyxiée, et difficile à travailler .

En permaculture, notre objectif sera donc de l’alléger et de la rendre plus lâche et aérée, tout en favorisant le développement de la vie là-bas.

Voyons voir comment…

N’apportez pas de sable sur un sol argileux !

C’est un conseil que nous voyons souvent : « Votre terre est lourde… l’éclaircit avec du sable !  »

Quel nenni !

Non seulement le sable ne se mélangera pas correctement avec la terre (beaucoup plus pour le sol argileux) — et par conséquent, vous finirez avec un terre non structurée, impropre à une bonne enracinement et, pire, à accueillir la vie — mais aussi apporter du sable équivaut à appauvrir ses terres puisque vous ajoutez un matériau Particulièrement pauvre…

Sans parler du fait qu’il aurait besoin d’énormes quantités de sable pour un effet réel sur la texture du sol.

Alors oubliez déjà le sable.

En fait, nous n’essaierons pas de changer la texture d’un sol donné, mais plutôt d’améliorer sa structure (c’est – à – dire les relations entre les différentes composantes et les caractéristiques qui en résultent : aération, flexibilité, activité biologique, etc.).

Notre objectif sera donc de desserrer ce sol argileux.

Pour desserrer un sol argileux, faire une culture d’engrais verts

Cultiver des engrais verts Un engrais vert a de nombreux intérêts :

  • en raison de la couverture qu’il constitue, il protège le sol
  • il favorise la vie dans le sol
  • il rivalisent avec les mauvaises herbes
  • le résultat masse organique va enrichir le sol
  • certains engrais verts attireront les pollinisateurs
  • etc…

Mais, ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, c’est, tout d’abord, sa action sur la structure du sol .

En effet, un engrais vert, grâce à son système racinaire, aérer le sol, naturellement.

Si vous semez un mélange de différentes espèces, avec des systèmes racinaires spécifiques (plongeant dans les profondeurs ou au contraire dessin, à la surface), une culture d’engrais vert agira à différentes profondeurs du sol.

Idéalement, ce mélange destiné aux terres lourdes sera composé de 3 espèces (mais nous pouvons bien sûr mettre plus), de 3 familles botaniques :

  • un crucifère, l’espèce communément cultivée pour cela étant la moutarde blanche (qui a des fleurs jaunes…). Son puissant système pivotant plongera
  • une herbe, comme le seigle ou l’avoine, par exemple, qui, par le système racinaire dense se répandant sur la surface, va desserrer couche superficielle du sol
  • une légumineuse (vesce, trèfle, luzerne, haricot) qui, en raison de sa capacité à capter l’azote atmosphérique, aura plus d’intérêt à enrichir le sol (lorsque sa masse organique tombe en panne)

Vous pouvez très bien y ajouter des phacélies, surtout pour la pollinisation.

Semer ces engrais verts à la fin de l’été, au début de l’automne.

Afin de semer un engrais vert (mais cela est également applicable si vous voulez semer une culture végétale), vous aurez probablement besoin de travailler la terre…

Comment travailler une terre d’argile ?

Si vous le faites directement après une récolte estivale, sur un sol couvert, un passage vers le producteur à dents peut suffire à semer votre engrais vert.

Mais si c’est une nouvelle parcelle de jardin ou planche de croissance laissée au repos ou envahie d’herbes, vous aurez besoin de préparer la terre.

Je ne parle pas de labourage, ni de restitution de la terre… mais simplement de la desserrer assez finement pour accueillir un semis.

Quand opérer ?

Le meilleur moment pour commencer les terres lourdes est la fin de l’été ou le début de l’automne.

Pourquoi ?

Parce qu’à la fin de l’hiver, ces terres seront généralement gorgées d’eau… et nous avons vu ci-dessus qu’il gardait bien l’eau et qu’il était difficile de travailler quand il était mouillé.

Il faudra donc beaucoup de temps pour sécher, et si vous voulez mettre en place des récoltes assez tôt au printemps, vous serez bloqué… ou ainsi, comme malheureusement beaucoup de jardiniers le font, vous le travaillerez même… dans de très mauvaises conditions.

La conséquence ?

De grandes motte se formeront, impossible à desserrer correctement… et donner une structure défavorable au développement du sol et de la vie des racines…

Alors, certainement, certains me rétorqueront qu’en passant et en repassant avec leur barre, ils parviennent à bien desserrer leur terre… mais c’est bien sûr encore pire pour la vie du sol !

Si vous n’avez pas d’autre choix que de commencer au printemps, ne vous précipitez pas, mais attendez votre terrain est assez sec (voir ci-dessous) pour le travailler, dans la Grelinette.

Il est donc clair que le sol argileux sera de préférence entrepris à l’automne, surtout pour la question qui n’est pas pertinente ici : la préparation à l’ensemencement d’engrais verts.

La première condition est de travailler au bon moment : la terre devrait être très légèrement humide .

Nous fonctionnerons donc quelques jours après une bonne pluie (ou un bon arrosage si nécessaire).

Un test simple consiste à planter les dents de votre Grelinette (ou bêche dentée) dans le sol.

La terre doit à peine coller aux dents de l’outil pour être correctement travaillée.

S’il reste encore fortement collé, réessayez 1 ou 2 jours plus tard…

Quand c’est bon, tu peux y aller.

Après avoir préalablement tondu les herbes au sol, travailler la terre progressivement, sans mélanger les différentes couches du sol. Pour ce faire, utilisez une Grelinette (vous pouvez éventuellement utiliser une bêche dentée… mais ce sera beaucoup plus fastidieux) :

  • Faites un premier passage par seulement la moitié des dents de votre Grelinette (le but est de soulever les systèmes racinaires en place)
  • Quelques jours plus tard, faites un deuxième passage, mais cette fois plus profond.
  • Un dernier passage (parfois deux) devrait vous permettre d’affiner suffisamment la terre cette fois.

Cette terre desserrée est maintenant prête à accueillir une culture d’engrais vert.

Dans la majorité des cas, une culture d’engrais vert sera bénéfique pour les sols argileux.

Cependant, ce n’est pas nécessairement un impératif… Si votre terrain n’est pas emballé, vous pourrez peut-être vous déplacer directement vers la couverture du sol…

Couvrez votre terrain

Couvrir le sol d’un jardin, c’est promouvoir le développement de la vie dans le sol Un bon paillage … un objectif important en permaculture !

Et, en particulier (mais pas seulement), les vers de terre.

Ce sont alors ces vers de terre, et une multitude d’autres micro-organismes qui prenez soin d’aération de la terre et de la desserrer !

Si votre terre, bien que lourde, n’est pas particulièrement tassée, vous pouvez essayer de pailler directement (sans le desserrer au préalable, et sans pousser des engrais verts).

Nous n’entrerons pas dans les détails ici, mais voici quelques recommandations pour le paillage (voir ici pour plus de détails) :

  • Essayez de diversifier les matériaux autant que possible : résidus d’engrais verts, foin ou tonte, BRF, paille, feuilles de consoude, feuilles d’ortie, feuilles mortes…
  • Évitez les herbes vertes, tondre… ou en tout cas, mettre seulement une très petite épaisseur (quelques millimètres).
  • Si vous paillez au printemps, ne paillez pas trop tôt, mais attendez que le sol soit bien réchauffé (voir ici)
  • Ne pas paillis sur la terre trop sec…

Pour tirer le meilleur parti du sol argileux, combinez tout cela

Comme nous l’avons vu, votre but en permaculture, sol argileux, sera de ventiler la terre et de la rendre plus vivante.

Et c’est en combinant les différentes pratiques vues ci-dessus que vous obtiendrez cela.

En résumé :

  • À la fin de l’été ou au début de l’automne, desserrez le terrain avec la Grelinette (au moins la première année… cela ne sera pas nécessairement nécessaire après si votre terrain est couvert de façon permanente).
  • semer pour suivre un mélange d’engrais verts
  • tondre les engrais verts au printemps et laissez-les se décomposer en une couverture (ou les mettre de côté pour une utilisation ultérieure).
  • quand le sol est réchauffé, paillis…

Répétez ce processus chaque année…

Dans quelques années, vous obtiendrez une terre riche et lâche… et donc de belles récoltes, tout naturellement !

Mon ami Nicolas Larzillière détaille parfaitement tout cela dans une formation pratique spécialement dédiée au jardinage des terres lourdes. Je recommande très sincèrement cette formation.

Et je suis à votre disposition pour vous aider à prendre les bonnes décisions grâce au service de coaching que je vous offre .

ARTICLES LIÉS